Making of

Repentir (2) : Le pigeonnier d’Aiétès

Dans la scène où Aiétès reçoit un message d’Abastanès, Nancy a dessiné un pigeonnier inspiré de ceux d’Afrique du Nord. Afin de mieux mettre en valeur la magnifique architecture de ce pigeonnier, la planche a été recomposée de manière à faire courir la case 1 sur deux hauteurs de strips.

Capture d’écran 2014-09-24 à 10.53.16

Tome 1 Planche 16 : Le pigeonnier d’Aiétès (première version)

Capture d’écran 2014-09-24 à 11.00.59

Tome 1 Planche 16 : Le pigeonnier d’Aiétès (version définitive)

L’écriture de la série (3)

Entre rationalisation du mythe et fantastique

Capture d’écran 2014-09-18 à 08.38.44

Tome 1 Planche 32.

Par son père Aiétès, Médée est censée descendre du dieu soleil. Mais on comprend assez vite qu’Aiétès ne croit pas en ces légendes, et les utilise pour asseoir son autorité. Le scénario de la série exclut les aspects les plus invraisemblables de la légende de Médée.

De façon générale, les dieux sont évacués de l’histoire de Médée. La plupart des personnages ne croient pas en leur intervention dans leur affaire des hommes, et certaines répliques laissent entendre qu’ils ne croient même pas en leur existence.

Capture d’écran 2014-09-18 à 08.34.52

Tome 1 Planche 9

Capture d’écran 2014-09-18 à 08.35.09

Tome 1 Planche 9

Capture d’écran 2014-09-23 à 15.57.25

Tome 2 Planche 4

Capture d’écran 2014-09-23 à 15.59.16

Tome 2 Planche 15

Dans la légende, les taureaux d’Aiétès sont censés cracher du feu par leurs naseaux. Dans la B.D., les taureaux deviennent des créatures puissantes, extrêmement dangereuses, auxquelles on prête le pouvoir de souffler le feu.

Le dragon monstrueux qui, selon la légende, gardait la toison d’or, devient dans la série un colosse sanguinaire nommé Drago.

Capture d’écran 2014-09-18 à 08.37.36

Tome 1 Planche 23

Capture d’écran 2014-09-23 à 16.00.12

Tome 2 Planche 45

La toison d’or n’est pas celle d’un bélier merveilleux, comme Aiétès tente de le faire croire, mais l’œuvre d’un artisan particulièrement habile.

Dans la suite de l’histoire, on découvrira une Médée capable d’inspirer des visions, de modifier chez autrui la perception du réel. Ses prétendus « tours de magie » relèvent en réalité de ses talents d’illusionniste.

Mais il ne s’agit pas pour autant d’« aplatir » le mythe en renonçant à tout élément fantastique. Le scénario n’est pas constamment réaliste. Il intègre par exemple l’idée que Médée est dotée de pouvoirs extraordinaires, censés découler de la connaissances de tous les secrets de la nature. Il intègre aussi les codes traditionnels des récits légendaires : gigantisme et luxe du palais d’Aiétès, richesse inépuisable du roi, avatar du roi Midas de la mythologie grecque…

Pour créer un univers décalé entre mythe et réalité, l’album est parsemé de détails « bizarres » : un satyre momifié dans le laboratoire d’Aiétès, une petite créature monstrueuse dans une cage de verre, qu’Aiétès nourrit de souris vivantes…

Capture d’écran 2014-09-23 à 16.23.13

Tome 2 Planche 34

Capture d’écran 2014-09-18 à 08.35.36

Tome 1 Planche 11